Panneau CTBH

Sommaire

En construction de maison, rénovation, extension ou aménagement, créer des cloisons, planchers, plafonds et faux-plafonds s'avère toujours nécessaire. Pour construire des parois et supports d’isolation, on emploie souvent des panneaux de particules de bois ou à base de bois, légers, résistants et faciles à travailler. Contreplaqué, OSB, CTBX et CTBH sont parmi les produits facilement accessibles et souvent recommandés. Mais qu’est-ce qu’un panneau CTBH ?

Qu'est-ce qu'un panneau CTBH ?

Signification et définition

Les trois premières lettres de l’acronyme CTBH désignent le CTB, c’est-à-dire le Centre technique du bois (et de l’ameublement), qui effectue un classement d’approbation des bois et dérivés du bois employés en menuiserie, ébénisterie, construction et aménagement. Les produits étudiés par le CTB bénéficient alors d’un agrément d’usage : parmi eux, le CTB-H (devenu CTBH), le CTBS et le CTBX.

Les panneaux estampillés CTBH sont des panneaux en aggloméré de particules en bois hydrofugé ayant satisfait à des critères de résistance aux ambiances humides.

Bon à savoir : parmi les grandes catégories de panneaux en dérivés de bois, le CTBS est un aggloméré (particules de bois liées à des colles), comme le CTBH, mais celui-ci a la particularité d'être hydrofugé ; alors que les panneaux en CTBX sont des panneaux de contreplaqué (feuilles de bois déroulées collées ensemble) et que l’OSB est un panneau en lamelles de bois collées.

Caractéristiques et usages

En application de la norme NF EN 13986+A1 Mai 2015 (Panneaux à base de bois destinés à la construction), l’usage du CTB en général est préconisé dans de nombreux travaux, que ce soit en constitution de planchers, parois, plafonds, faux-plafonds, sous-toiture... Mais dès lors que les locaux sont exposés à l’humidité, l’emploi du CTBS est requis, car celui-ci est hydrofugé.

Bon à savoir : dans de nombreux DTU (document technique unifié) relatifs à la construction et notamment ceux relatifs à l’usage du bois et de ses dérivés, il est fait référence à la norme NF EN 312 qui catégorise « P5 » les panneaux travaillant en milieu humide (classe de service 2). Le CTBH répond à cette classe NF EN 312 P5.

Points forts et points faibles

Au rang des points forts :

  • On citera tout d’abord sa résistance à la charge, y compris sur de longues portées (entre solives), en fonction bien sûr de l’épaisseur choisie. À cet effet, le CTBH se décline en de nombreuses épaisseurs, de 6 mm jusqu’à 38 mm.
  • Les panneaux en CTBH sont faciles à découper et proposés en plusieurs dimensions (largeur 0,60 m, 0,90 m, 1,20 m, 1,85 m, 2,10 m et longueur de 2,50 m à 6,10 m).
  • Le CTBH peut être collé, vissé ou cloué (selon le DTU idoine), mais a pour principal avantage de proposer une surface aisément peinte, revêtue (carrelage, lino, plancher, moquette...) ou décorée, ce que l’OSB ne permet pas.

Et côté inconvénients :

  • un poids relativement élevé quand l'épaisseur doit être suffisamment importante pour supporter une charge de plancher ;
  • une résistance à l’humidité moins élevée que certains panneaux en OSB ;
  • mais aussi un dégazage possible de vapeurs dues aux liants que le CTBH contient (« COV » pour composés organiques volatils).

Bon à savoir : les CTB, MDF et OSB sont classés également en fonction de la quantité de COV émis dans l’air intérieur. Le degré d’émission est indiqué par l’indice E suivi d’un chiffre. Un panneau E0 ne dégaze pratiquement pas, alors que plus le x de l’indice « Ex » est grand, plus la colle émet de COV.

Pose d’un panneau CTBH

Critères de choix du panneau

C’est selon sa destination et donc son rôle que l’on choisit l'épaisseur du panneau et ses dimensions, ainsi que son type de pose (collée de préférence, mais aussi clouée ou vissée). Les panneaux de CTBH sont munis de rainures et de languettes afin d’en assurer l’aboutage précis. Dans le cas de découpes à pratiquer, il faut s’assurer du projet de découpe d’une partie mâle (languette) ou femelle (rainure).

Bon à savoir : les épaisseurs minimales à respecter en CTBH dans le bâtiment en fonction de l’affectation des panneaux de particules (selon la norme NF EN 12369-1) sont disponibles sur le site du CTBA : Application Bois Construction.

Installation

Les panneaux de CTBH peuvent être de préférence vissés plutôt que cloués, mais seront également collés afin d’éliminer tout risque de grincement sous la charge (plancher). En règle générale et notamment pour un plancher en CTBH, on recommande de stocker les panneaux quelque temps dans leur environnement avant la pose afin que le bois s’adapte à l’hygrométrie de la pièce avant la mise en place.

Lors de la pose, il faut ménager un jeu d’environ 1 cm à la périphérie de la pièce afin de permettre la dilatation possible de la dalle, de la sous-toiture ou du faux-plafond. Des conseils de pose doivent être fournis lors de l’achat dans une notice jointe au panneau de CTBH, notamment quant à l’espacement requis entre les panneaux.

Attention : l’espacement recommandé entre les panneaux de CTBH est mesuré en surface du panneau et jamais entre rainure de l’un et languette de l’autre. L’assemblage rainure/languette doit toujours être assuré.

Prix et achat d’un panneau en CTBH

On achète en général les panneaux de CTBH dans les grandes surfaces de bricolage ou de matériaux de construction, mais aussi sur Internet auprès de ces distributeurs ou directement chez le fournisseur, souvent sous l’appellation de « dalle d’aggloméré hydrofuge ».

Les prix des différentes épaisseurs de CTBH varient, en fonction des promotions et du stock des distributeurs, aux alentours de 10 €/m². Attention à vérifier si le panneau est classifié P5, ce qui est un critère de choix.

Bon à savoir : les panneaux CTBH peu émissifs en COV dans l’air intérieur (E0) sont plus difficiles à trouver en France et souvent (beaucoup) plus chers que les panneaux classés E1 ou pire...

Ces pros peuvent vous aider