Fondations pour ossature bois

Sommaire

On désigne par le terme « ossature » l'ensemble des éléments contribuant à conférer à un édifice la stabilité et la résistance aux différents facteurs internes (charges d'exploitations) et externes (vent, pluie, mouvement de sol, etc.). La structure de type bois exige une maîtrise importante des techniques constructives, notamment pour la mise en œuvre de ses fondations. Nous nous intéresserons donc aux fondations adaptables aux ossatures bois, aux techniques les plus innovantes et les plus respectueuses de l'environnement, ainsi qu'aux précautions à prendre pour éviter les désagréments.

Types de fondations pour ossature bois

Il existe plusieurs types de fondations et toutes ne conviennent pas à l'établissement d'un bâtiment à ossature bois. Il est vrai que, sur le marché de la construction, le béton armé garde une emprise importante, notamment auprès des entreprises de construction et pour des raisons évidentes de responsabilité. D'autre types de fondations, souvent issus de l'auto-construction et de l'expérimentation donnent également des résultats intéressants.

Le choix d'un type de fondation doit être précédé d'une étude de sol, afin de déterminer la nature et la profondeur du bon sol. Cette étape est déterminante et peut être laissée à l'appréciation du constructeur, à condition qu'il engage sa responsabilité.

Une fois cette étape effectuée, il faudra s'intéresser à la façon de poser l'ossature sur son assise. Plus clairement, il existe deux manière de procéder : les solives en bois seront fixées soit sur une dalle en béton, soit sur un plancher bois mis à distance du sol par un vide sanitaire.

Remarque : le bois possède des propriétés très intéressantes pouvant s'adapter à n'importe quelle type de maçonnerie. Il est facile à travailler et à ajuster, mais aussi à sceller à d'autres éléments pour assurer une stabilité à l'ensemble de la structure.

Fondations pour ossature bois : différents cas de figure

Cas d'une fondation en semelle filante

Il s'agit de fondations en béton armé, qui filent le long des soubassements en béton ou en bois.

Elles sont d'une profondeur d'environ 70 cm et sont généralement associées à des dalles sur terre plein, solidarisées ou désolidarisées des appuis.

Une fois qu'on les a confectionnées, on réalise une dalle sur laquelle viendront se fixer les poutres et autres solives en bois.

Cette technique exige une maîtrise parfaite du procédé. Les scellements entre le bois et le ciment doivent se faire dans les règles de l'art.

Il faut s'assurer de la bonne répartition des charges tout autour des semelles, afin d'éviter les phénomènes de tassement et autres désagréments liés aux fissures.

Il faut mettre en place des liaisons intermédiaires (pièce à introduire entre la dalle et la solive), qui ont pour rôle de consolider et de fixer les poutres bois à leurs bases.  

Les points de fixation entre la dalle et les solives doivent respecter une symétrie et une bonne répartition sur la dalle (une fixation excentrée risque de provoquer la déformation des bois).

Remarque: cette technique peut également être utilisée sur une fondation constituée d'un radier. 

Cas d'une fondation en semelles isolées

Une semelle isolée est une fondation en forme de champignon inversé. La base évasée de la forme est noyée dans le sol (jusqu'au bon sol), alors que les poteaux, plots ou pilotis constituent les piliers résistants sur lesquels sera posée la future bâtisse en bois. Ensuite ,et à l'aide de longrines en bois, on procède au scellement des plots aux solives de l'ossature.

Cette technique convient parfaitement aux ossatures bois, et ce pour de nombreuses raisons. En effet les plots (ou pilotis) ont pour vocation de surélever la maison par rapport au sol, notamment lorsque le terrain est en pente, et de créer des vides en sous-face.

Dans les maisons en bois, la bonne aération et le maintien au sec des murs en sous-face est déterminant. Grâce à cette méthode, et aux membranes isolantes mises en place en sous-face du plancher, la construction est à l'abri des termites.

Précision : les longrines en bois constituent la première assise du plancher sur laquelle sera édifiée l'ossature.

Cas d'un micro pieu

Cette méthode est novatrice et permet de poser le bois sur du métal. En effet, les pieux sont métalliques et sont plantés dans le sol en guise de fondations, suivant un ordre défini par le plan, le long de l'emprise de la maison en bois.

Le métal reçoit un traitement anti-corrosion (par un courant continu et faible) et est évasé sur sa partie en surface afin de recevoir les solives en bois.

Les micro pieux maintiennent la maison hors du sol par un vide sanitaire et conviennent parfaitement à tout type de sol. La technique peut également être associée aux semelles filantes afin d'éviter le vide sanitaire.

Précaution concernant les fondations pour ossature bois

Il existe sur le marché des techniques alternatives issues de l'expérimentation des particuliers et des constructeurs, telles que les fondations cyclopéennes ou en bambou.

Il convient de noter que la responsabilité des entrepreneurs dans la réalisation des fondations est très grande. C'est pourquoi, leur implication dans des méthodes n'ayant pas reçu de conformité au sens du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) ou du Document Technique Unifié (DTU) sera très limitée.

Ces pros peuvent vous aider